REPORTAGE : La coiffure au Cameroun

Publié le par Jean-Pascal

 

Certains métiers sont universels, la coiffure fait parti de ceux-là. Pas besoin d’une longue définition pour expliquer à quoi il correspond, quelque soit l’endroit où vous vous trouvez dans le monde le mot traduit et définit la même action… Avec plus ou moins de variante d’un pays à l’autre, d’une nature de cheveux à l’autre.
Afro & Co, tiens à vous présenter ce reportage sur la coiffure en Afrique, plus particulièrement au Cameroun. Pays bien connu pour ses "Lions Indomptables" (l’équipe de foot nationale), ses artistes : Manu Dibango, Yannick Noah, Lady Ponce, les têtes brulées, Princesse Erika…etc.

Découvrez Patrick Sikaps, jeune trentenaire et propriétaire d’un salon à Bokito, petite ville de la province du centre, située à 100 km au Nord de Yaoundé (la capitale politique).

Salon vu de l'extérieur SALON DE PATRICK  

JP : Bonjour Patrick. Peux-tu me dire pourquoi tu as choisis de faire de la coiffure ton métier ? Et depuis combien de temps tu l’exerces ?
PS : Disons qu’après être allé à l’école j’ai essayé de devenir soudeur, mais ce métier ne me convenait pas à cause du bruit. Je me suis donc inscris à King Joe, une école de coiffure Française située dans la ville de Douala. C’était en 1996. J’en suis sorti major de promotion en 1997. Je fais donc ce métier depuis 13 ans.

JP : Quelle est la formation que tu as reçu ? Y’a-t-il des diplômes de coiffeur au Cameroun comme le CAP coiffure en France ? Quel est ton parcours personnel ?
PS : Non il n’y a pas de diplôme comme en France, en fait ici on remet une attestation de fin d’études qui valide l’année que tu as réalisée. Pour ce qui est de mon parcours personnel, après mon diplôme j’ai travaillé comme coiffeur et maquilleur pour la CRTV (ndr : Chaîne de télé Camerounaise équivalente à France 2) et ils m’ont envoyé en Arabie Saoudite pour participer au Salon de la Coiffure qui se déroulait à Djeddah. J’y ai remporté le Peigne d’Or.

JP : Quelles sont pour toi les différences majeures entre la coiffure Africaine et Européenne ?
PS : Je trouve que les cheveux Africains sont plus simples à coiffer par rapport aux cheveux Européens. Mais j’aime bien coiffeur des Européens lorsqu’il en passe à Bokito, cela me change 

JP : J’ai remarqué qu’au Cameroun, en dehors des grandes villes, la majorité des salons de coiffure n’ont pas accès à l’eau courante, comment gères-tu cela ?

PS : On prend un seau d’eau et l’on va rincer à l’arrière du salon. On fait avec les moyens du bord 

Patrick et sa cliente
PATRICK ET SUZANNE

JP : Je constate en observant ton salon que tu as beaucoup de clientes en ce samedi,  les Camerounaises aiment se faire belles ?
PS : Oui, surtout le week-end. En semaine il y a moins de monde et ici à Bokito les clientes font durer les greffes (ndr : extensions) plus longtemps qu’à la capitale car les gens ont moins d’argent.

JP : Quelles sont les prestations que tu réalises le plus dans ton salon ?
PS : Les greffes, les mini-vagues, les tresses de toutes natures (ndr : et il y en a beaucoup) y compris les dreadlocks pour les hommes.

Gros plan sur les mains du coiffeur 
PATRICK A L'OEUVRE

 JP : Y a-t-il, comme en France, des concours de coiffure au Cameroun ?
PS : Pas vraiment. De temps à autre les coiffeurs s’organisent et exposent d’eux-mêmes et s’achetant des espaces publicitaires. On peut parfois voir cela à la télévision.

JP : Parle-moi des personnes qui travaillent avec toi, leur nombre, leur formation etc.…
PS : Chez moi c’est variable il y a entre 2 et 4 personnes dont des apprentis. Beaucoup de personnes apprennent  sur « le tas » pendant les vacances scolaires et ensuite travaille les week-ends. Pour ceux qui vont à l’école de coiffure il y a des cours pratiques et théoriques sur l’utilisation des produits, le maquillage et également le travail de tresses et de greffes.

JP : Quelles sont tes envies pour ton salon dans les années à venir ?
PS : Mon souhait majeur est de travailler en Europe. D’avoir des partenaires coiffeurs pour s’y rendre et ainsi valoriser la coiffure Africaine en Europe.

Patrick Sikaps et Jean-Pascal
PATRICK SIKAPS ET JEAN-PASCAL

Merci à encore à Patrick Sikaps : sikapspat@yahoo.fr

D'autres photos sont à voir dans l'album : REPORTAGE AU CAMEROUN
Crédits photos : Jean-Pascal

 

 

Commenter cet article

cours de coiffure 18/10/2011 02:26



reportage très intéressant sur la coiffure en afrique